Test : Satellite Reign.

 Test Satellite Reign 26
Imaginez que dans un future sentant bon l’ambiance cyberpunk, le monde va si mal que les gouvernements mondiaux n’ont plus aucun pouvoir. Les grandes entreprises, toujours plus avides de profits et de puissances, ont un pouvoir quasi totale sur l’ensemble des populations. La police, désormais ne répond plus qu’aux ordres des puissantes compagnies, même si cela doit bafouer les droits des citoyens. Pourtant, un espoir se profil au bout de ce chemin tortueux, vous !

Tout droit sorti de l’imagination fertile du studio 5 Lives Studios situé à Brisbane, Satellite Reign est issu d’un Kickstarter de 2013 ayant récolté 461 333£ sur les 350 000£ demandées. Volontairement conçu pour être le successeur spirituel de la série des Syndicates, le jeu est un jeu de rôle tactique en temps réel.

Point de vu histoire, vous représentez une nouvelle entreprise émergente qui envoie quatre agent d’élite sur le terrain, pour contrecarrer les plans des grandes entreprises qui gouvernent le monde. Débutant de zéro, vous devrez servir les intérêts de cette mystérieuses nouvelles puissances en collectant des fonds, recrutant des scientifiques, volant des projets technologiques pour vous permettre d’agrandir votre influence au sein de la ville, sans vraiment savoir si votre but est altruiste ou pas.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les quatre agents dépêchés sur le terrain ont chacun des compétences bien distinctes pour vous permettre de gérer n’importe quelles situations. Le Soldat sera l’atout muscle lors de vos nombreux affrontements, et aura même la possibilité via amélioration de court-circuiter diverses alimentations pour faciliter votre périple. Le Support comme son nom l’indique, apporte bonus et soin à l’ensemble de l’équipe, tout en disposant d’un scanner bien pratique pour repérer des objets et objectifs important. Le Hacker sera votre atout majeur dans ce monde ou l’informatique est roi. Sa faculté à pirater n’importe quoi (y compris des humains) devrait largement vous permettre de vous sortir de situations délicates, voir même de remplir vos missions sans que personne se doute de votre présence. L’infiltrateur quand à lui excellera dans tout ce qui touche à l’élimination furtive, grâce à son fusil sniper et ses capacités lui permettant de se rendre invisible. Il faudra donc bien vous familiariser avec ces quatre archétypes si vous voulez réussir à mener vos missions à bien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Concernant la ville elle même, elle fait office de personnage principale de l’aventure. Sa taille tout bonnement gigantesque, et sa personnalité forte occulte tout le reste. Il est d’ailleurs un peu compliqué de s’y retrouver au début après le tutoriel, puisqu’on vous lâche un peu abruptement dans cet environnement pas très accueillant de prime abord. Etant Open World, vous passerez beaucoup de temps à déambuler dans les rues pour vous rendre d’un objectif à l’autre, croisant de nombreux citoyens qui n’hésiteront pas à réagir en fonction de votre comportement (armes sorties, recherché par la police). Vous trouverez d’ailleurs la plupart des missions annexes en récoltant des informations durant vos promenades. Malheureusement elle ne brillent pas leurs originalités et deviennent vite assez rébarbatives.

La scénarisation elle aussi est assez légère. Les mini briefings de missions sous forme de blocs de textes commentés ne parviennent pas vraiment à nous impliquer dans la tâche qui nous incombe, pire on en vient presque à ne plus prendre la peine de les lire/écouter tant cela manque de dynamisme. La plupart des missions consisteront à s’infiltrer ou passer en forces dans des endroits relativement bien gardés pour vous approprier argent, ou plan utile à la fabrication de nouvelles armes et armures.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La force principal du soft résidera dans ses affrontements, même si là aussi tout n’est pas parfait. Contrairement à X-COM qui vous permet de planifier vos actions tactiques tour par tour, ici tout est en temps réel, donc exit la pause tactique et autres joyeusetés vous permettant de souffler un peu. Vous devrez réussir à positionner correctement votre quatuor, tout en prenant soin de surveiller que vos ennemis n’aient pas pris un autre chemin afin de vous prendre à revers. C’est rafraîchissant, et on assiste avec plaisir à des affrontements qui deviennent de plus en plus ardus, même si vos hommes auront parfois la fâcheuse tendance à gaspiller leurs munitions limitées sur des murs pour tenter maladroitement de déloger un ennemi caché derrière.

Si vous avez envie de vous lancer dans cette aventure cyberpunk, vous pouvez ouvrir votre porte-feuille et lancer votre carte bleue ou vos billets sur votre écran en allant sur steam, pour la somme de 27.99 Euros.

Au final Satellite Reign est un jeu intéressant, apportant des mécaniques sympathiques dans un univers Cyberpunk trop peu représenté dans le jeu vidéos. Tout n’est pas parfait cependant, la scénarisation bien trop légère à beaucoup de mal à convaincre le joueur, sans parler de nos quatre agents d’élite complètement dépourvus de personnalité et de voix auquel il est impossible de s’attacher. Seule la ville, tentaculaire offre un semblant de vie dans nos pérégrinations et une ambiance vraiment agréable. Le système de combat est bien pensé mais souffre de quelques bugs et autres imperfections qui cassent un peu le plaisir. Le prix lui aussi est peut être un poil élevé pour un soft de ce genre. Satellite Reign est un jeu correct que devrait vous occuper pas mal d’heures, surtout si vous êtes en mal de RPG tactique.

 

 

Les plus :

-Le combat en temps réel qui dynamise vraiment l’action

-L’ambiance cyberpunk vraiment bien retranscrite

-Une ville tentaculaire que vous pourrez explorer dans sa quasi intégralité

-Les différents skills bien pratiques de vos agents

Les moins :

-Une scénarisation beaucoup trop légère voir quasi inexistante

-Un quatuor dont on cherche encore le charisme tant ils sont effacés dans l’histoire

-Une IA visiblement sous acide à certains moments

-Des contrôles pas toujours très coopératifs.

Publicités

Laissez donc un commentaire cosmique unilatéral

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s